Noir sur la Ville 2016, un arc-en-ciel de noir !

25 11 2016
Le mur de l'année !

Le mur de l’année !

« Vingt ans ma belle âge ! » Ce sont certainement les paroles qu’aurait prononcé Louis Guilloux, l’auteur de « Le Sang Noir », s’il avait arpenté les allées de Noir sur la Ville cette année. Vingt années moins une ! Car nous n’oublierons jamais le trou noir laissé par la précédente édition, avortée pour les raisons ignominieuses que l’on connaît…

C’est donc dans un état d’esprit particulier que s’est déroulé ce festival anniversaire, avec une volonté de partage décuplée comme pour exorciser l’immonde !
Tout le monde fut content de se retrouver afin d’échanger, rire et surtout signer. La dédicace
étant l’acte majeur d’un salon de littérature, Lamballe n’y échappe pas. Deux jours dans une salle des fêtes remplie comme un œuf qui ont semblé deux heures.

Comme bien souvent les images parlent d’elles-mêmes, nous préférons vous proposer un florilège de ce qu’il s’est passée les 19 et 20 novembre 2016 sur la Terre noire de Lamballe. Et si la Noiraude, comme les cochons, n’y a pas le droit de vote, elle a quand même le droit de véto…

philippe

Un festival qui se passe dans la bonne humeur, c’est d’abord et avant tout un trésorier heureux !

Un accueil aux couleurs et à la hauteur de l'événement...

Un accueil aux couleurs et à la hauteur de l’événement…

 

 

 

Un beau stand de la Noiraude, de beaux lauréats et une belle équipe qui ne manque pas de caractère !

Un beau stand de la Noiraude, de beaux lauréats et une belle équipe qui ne manque pas de caractère !

 

 

 

 

 

img_4516

Tout le monde est prêt mais David et Manuel effectuent les derniers réglages (ou pas…) !

 

 

 

 

 

Les lauréats n'ont pas eu le temps de chaumer pour leur premier exercice de dédicace !

Les lauréats n’ont pas eu le temps de chômer pour leur premier exercice à la dédicace !

 

 

 

 

 

Un sac vide ne tient pas debout !

Un sac vide ne tient pas debout !

 

 

 

 

 

 

Ce qui fait plaisir à la Noiraude c'est de voir d'anciens lauréats qui passent du côté pro de la barrière. Anne-Céline Dartevel en fait partie avec la chance d'être assise à côté du pape de la nouvelle noire, Marc Villard !

Ce qui fait plaisir à la Noiraude c’est de voir d’anciens lauréats passer du côté pro de la barrière. Anne-Céline Dartevel en fait partie et a eu la chance d’être assise aux côtés du pape de la nouvelle noire, Marc Villard !

 

 

 

 

 

 

Ce qui lui plait aussi c'est d'avoir d'anciens lauréats qui reviennent et donnent un coup de main ! Florence Médina était lauréate en 2014 dans le recueil "Marions-les !"

Ce qui lui plait aussi c’est d’avoir d’anciens lauréats qui reviennent et donnent un coup de main ! Florence Médina était lauréate en 2014 dans le recueil « Marions-les ! »

 

 

 

 

 

 

 

La remise des prix est un moment important pour les petits nouveaux. C'est le big boss qui se colle à l'exercice !

La remise des prix est un moment important pour les petits nouveaux. C’est le big boss qui se colle à l’exercice !

 

 

 

 

 

 

Il lui arrive même d'en perdre sa chemise tellement le moment est intense ! Véro, de la Fureur, en est encore toute retournée...

Il lui arrive même d’en perdre sa chemise tellement le moment est intense ! Véro, de la Fureur, en est encore toute retournée…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un petit tour dans la "Machine à tirer le portrait" de notre ami François Daniel afin d'immortaliser l'événement pour l'équipe de la Noiraude !

Un petit tour dans la « Machine à tirer le portrait » de notre ami François Daniel afin d’immortaliser l’événement pour l’équipe de la Noiraude !

Jean-Patrick Muller, Eric Lainé et Bernard Granjean, nos lauréats, n'ont pas échappé à l'exercice !

Jean-Patrick Muller, Eric Lainé et Bernard Granjean, nos lauréats, n’ont pas échappé à l’exercice !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le festival est terminée mais Jean-Bernard Pouy tenait à nous dire : "À l'année prochaine !"

Le festival est terminé mais Jean-Bernard Pouy tenait à nous dire : « À l’année prochaine ! »





Le Poulpe court toujours ! – Collectif

14 11 2016

poulpe-2

Vingt ans que Gabriel Lecouvreur parcourt la France et le monde de sa démarche octopussienne. Vingt ans qu’il témoigne des travers de notre société trop bien huilée pour être belle ! Depuis « La petite écuyère a cafté » de Jean-Bernard Pouy à « Arrête tes six magrets » de Benoît Sévérac, ce sont plus de deux cents témoignages sur fond d’enquêtes que le héros le plus libertaire de la littérature noire et policière nous a donné à contempler au travers de son prisme.
Pour lui rendre hommage, mais aussi perpétuer la tradition, la Noiraude et La Fureur du Noir ont décidé l’année dernière de le soumettre à la plume des postulants au concours de nouvelles qu’ils organisent. C’est à l’aube du festival « Noir sur la Ville », qui ouvre ses portes vendredi 18 novembre, qu’arrive dans nos murs à grands pas le tout beau tout chaud recueil de ce seizième concours.

Outre les quatre lauréats, cinq auteurs pros se sont prêtés au jeu en faisant vivre encore un peu ce Poulpe que nombre de lecteurs affectionnent depuis toutes ces années ! On retrouve, comme une évidence, le père créateur du héros, Jean-Bernard Pouy qui nous offre un truculent « Je hais le Poulpe » dans lequel il règle savamment ses comptes avec son bébé de désamour.
Non contents de compter « Papa Poulpe » dans ce recueil (il déteste qu’on le surnomme de la sorte mais cela nous amuse…), Miles Hyman nous fait l’honneur de la couverture, et à l’ancienne s’il vous plaît, avec un superbe dessin dans la veine de la collection à ses débuts !
À savoir que ce recueil n’est tiré qu’à 1250 exemplaires et qu’il ne sera pas disponible dans toutes les bonnes librairies de France et de Navarre. Vous pourrez vous le procurer et rencontrer les auteurs le samedi 19 et dimanche 20 novembre à l’occasion du festival.

poulpe-1

Alors, faites comme le Poulpe, ne vous arrêtez pas de courir et venez à notre rencontre !

 

Le Poulpe court toujours – Baleine, 2016 – 158 p.
Dans les rayons de la Noiraude depuis le 14 novembre 2016





15 enquêtes policières – Collectif

30 09 2016

15-enquetes-policieres

Depuis près de quinze ans, La Noiraude n’a de cesse d’acquérir les recueils de nouvelles noires qui intégreront ses étals. En parallèle, elle fait aussi en sorte de retrouver des ouvrages qui ne sont plus disponibles auprès des éditeurs, certains depuis plusieurs décennies. Elle les appellent ses « Trésors » !
« 15 enquêtes policières » est le petit dernier de la bande. En effet, cette année marque le cinquantième anniversaire du recueil, édité pour la première fois en 1966. L’édition qui vient d’arriver est de 1976 mais elle ne diffère en rien de l’originale. Paru chez l’éditeur Gautier-Languereau, un des pionniers de la littérature jeunesse et en particulier la bande-dessinée, qui furent à l’origine des aventures de notre célèbre Bécassine.
Dans ce recueil, on trouve des nouvelles de Maurice Leblanc, Georges Nigremont, Claire Godet, Paul Cogan, Philippe Derez, Serge Petrof ou encore (même si ils ne ne sont pas francophones) Edgar Poe et Conan Doyle. On retrouve aussi, pour illustrer l’ensemble, des dessins de Georges Pichard. Plus connu pour ses bandes-dessinées érotiques dans les années soixante-dix, son incursion dans la littérature jeunesse peut prêter à sourire.

paulette-tome-1-2oil
Un ouvrage qui nous rappelle, si besoin est, que le genre policier n’a de cesse de traverser les décennies avec toujours autant de succès…

15 enquêtes policières – Gautier-Languereau, 1976 – 217 p.

Dans les rayons de la Noiraude depuis le 29 septembre 2016





Le 18ème concours de nouvelles La Noiraude / Noir sur la Ville est lancé !

21 07 2016

concours-AffichetteLes fidèles de Noir sur la Ville commençaient à s’inquiéter, les habitués de la Noiraude s’interrogeaient et les candidats malheureux des dix-sept éditions précédentes angoissaient : mais alors ? Y a pas de concours cette année ? C’est tout de même les 20 ans de la Fureur du Noir et même ceux de la médiathèque de Pordic !

No panic ! (en Français : Pas de panique) (en Portugais : No Panico… hum)

Déjà, Noir sur la Ville a annoncé le concours sur son site et – scoop ! – nous confirmons qu’il s’agit bien cette année d’écrire une nouvelle, noire ou policière, en y incluant les mots suivants :

AIGRETTE – BIBLIOTHECAIRE – BÛCHE – CAMION – POLAROÏD

La nouvelle doit comporter entre 3 et 10 pages et nous parvenir avant le 31 décembre 2016. Tout les détails du règlement dans la  plaquette du 18e concours

Et qu’est-ce qu’on gagne ? A être connu… car, comme chaque année, les meilleurs textes seront publiés, avec des auteurs de renom du polar. Nous vous dirons qui sont ces auteur-e-s dans quelques semaines.

Mais la vraie nouveauté de ce concours est la publication chez un nouvel éditeur pour nous : La Gidouille. Installés en Côtes d’Armor depuis 3 ans, les intrépides patrons de la maison, Yves et Eric, ont déjà un catalogue qui vaut le détour, et côté polar, ils ont repris récemment les aventures de Léo Tanguy, et en ont publié à ce jour cinq nouveaux épisodes. Nous avons d’ailleurs profité de leur passage au Café du Dimanche, à St Brieuc, début juillet, pour immortaliser la rencontre au sommet Noiraude / Fureur du Noir / La Gidouille :

Noiraude-Fureur-Gidouille Café du dimanche - 4 juillet

Denis Fureur – Yves Gidouille – Fred Noiraude – Eric Gidouille

Bon, assez causé : à vous d’écrire, maintenant ! Vous avez 162 jours. 161. 160…

Commencez donc maintenant.

Frédéric pour la Noiraude





Resultats du concours La Noiraude / Noir sur la Ville : quatre nouveaux auteurs pour le Poulpe !

23 06 2016

C’était déjà il y a 15 jours, mais celles et ceux qui y ont participé s’en souviennent comme si c’était hier : les lauréats du 17ème concours La Noiraude / Noir sur la Ville ont été dévoilés lors de la« Bière Littéraire », en présence du toujours truculent Benoit Séverac.

Cela se passait chez Caramel et Compagnie, à Saint-Brieuc, et la soirée s’est déroulée en deux temps. L’équipe de la Noiraude a commencé par donner le palmarès, en ménageant le suspense, et en faisant intervenir sur scène des sommités telles que Denis Flageul (Président du Jury du Concours) Alain Le Flohic (Président de Noir sur la Ville) ou encore Xavier Rugiens (Président de l’Amicale des Anciens Lauréats du Concours de Nouvelles La Noiraude –Noir Sur La Ville). Du beau monde quoi. Et de grands moments pour le public venu en nombre.

Bière Littéraire 2016 - Commentaire d'affiche (Fred, David et Pascale) réduite

Bon. Mais qui a gagné, alors ? Qui aura l’honneur de figurer au sommaire du recueil-collector « Le Poulpe » à paraître pour la 20ème édition de Noir sur la Ville ? Humm ?

Et bien : quatre hommes, venant des quatre coins de l’Hexagone (c’est la crise, des coins disparaissent chaque matin). Et ces heureux élus sont :

François CARIOU, de Blagnac (Haute Garonne) pour« What else, Angels ? »

Bernard GRANJEAN, de La Canourgue (Lozère) pour « L’Abbé Bette du Gévaudan »

Eric LAINE, de Chartres (Eure et Loir) pour « Poulpe miction ».

Jean-Patrick MULLER, de Saint-Flour (Cantal) pour « Une vraie mère Poulpe »

Quatre lauréats, qui ont tiré leur épingle du jeu, parmi 61 candidats pour ce concours, et nous leur adressons à nouveau toutes nos bruyantes félicitations.

Biere Litteraire 2016 - JP Muller Lauréat au micro (réduite)

La suite de la soirée a été consacrée à Benoit Séverac, qui a captivé le public en dévoilant les secrets de fabrication de son Poulpe « Arrête tes six magrets », en exposant sa passion pour les matinales de France Bleu Toulouse (il en est question dans « On peut pas faire ça à Guy Novès ») et en revenant sur la vie des quartiers « chauds » toulousains en particulier celui des Isards, où se déroule l’action de son dernier et passionnant roman « Le Chien arabe ».

La nuit était tombée depuis belle lurette lorsque Benoit a lu, en guise de conclusion, un texte spécialement écrit pour la soirée, une tradition, où devaient être inclus les mots imposés suivants : Noiraude – Ovale – Caverne – Cassoulet – Djihad

Bière Littéraire 2016 - Beonit Séverac dédicace à Caroline Crozat (réduite)

Comment s’en est tiré notre auteur ? Vous le verrez, et l’entendrez de la bouche de Benoit Séverac lui-même, dans notre prochain billet, puisque cet exercice de style de haute volée a été intégralement filmé… A bientôt !

 





On peut pas faire ça à Guy Novès – Benoît Séverac

27 05 2016

guy noves

Vous n’aimez pas les journalistes ? Vous ne supportez pas d’entendre parler du ballon ovale ? Vous n’en n’avez rien à faire des problèmes liés à la prostitution ? Et bien lisez quand même cette novella de Benoît Séverac ! L’auteur toulousain nous plonge dans les méandres de la ville rose et plus particulièrement dans sa religion, le rugby. Sur fonds d’assassinat d’une militante anti-prostitution, Benoît Séverac taquine les institutions mais toujours avec bienveillance. L’humour est présent malgré la noirceur de la situation et cela fait du bien.

affiche Bière littériare Benoît SéveracLa Noiraude l’accueillera mardi 7 juin à 20h30 au restaurant Caramel et Compagnie de Saint-Brieuc (22). L’occasion de revenir sur sa triple actualité ainsi que sur les résultats du concours de nouvelles qui avait cette année pour thème « Le Poulpe ». Benoît Séverac a d’ailleurs commis un Poulpe qui a pour titre « Arrête tes six magrets ». Preuve, s’il en est, que l’auteur est bien enraciné dans sa région.

 

 

 

On peut pas faire ça à Guy Novès – In8, 2016 – 12 euros

Disponible dans les rayons de la Noiraude depuis le 3 mai 2016

Manuel, pour la Noiraude





Chappey, Madani et Pouy témoignent : « AAARG ! Le Poulpe est toujours vivant ! »

19 05 2016

aaarg-mag-02 (Chappey)On vous l’annonçait pas plus tard qu’il y a 10 jours – bon, ok, ça commence déjà à dater – la Noiraude déplace son auguste personne à Saint-Brieuc pour la proclamation des résultats du concours organisé avec les ami-e-s de Noir sur la Ville.

Pour celles et ceusses qui auraient déjà tout oublié, il suffit de (re)lire le billet du 10 mai 2016, et vous saurez tout. Rappelons tout de même qu’il s’agit d’une soirée spéciale Poulpe, et spéciale nouvelles polar.

Or, depuis le mois de mars 2016, la revue AAARG ! publie dans la nouvelle formule de son magazine (sous titré « Bande dessinée & Culture à la masse », le magazine) des nouvelles du Poulpe. Sont ainsi parues des textes signés Dominique CHAPPEY (dans le n°2), Karim MADANI (n°3) et Jean-Bernard POUY (n°4).

Or, Dominique CHAPPEY est bien connu des services de la Noiraude, car il a déjà été lauréat par deux fois du concours de nouvelles, pour « Le dernier des Dalton » (dans «Tout le monde descend », 2009) et pour « Terminal Atlantique » (dans « Blonde(s) », 2012). La Noiraude est donc particulièrement fière de retrouver son poulain dans la revue Aaarg. Dominique a d’ailleurs également publié un excellent Poulpe en 2014 : « J’avais la croix ».

aaarg-mag-04_(Pouy)Or, la revue ne roule pas sur l’or, et est même en « stand-by » pour de sombres histoires de sous, mais pas que. Elle s’en explique assez bien dans son billet du 5 mai dernier.

Donc, si vous voyez le numéro 1, le 2 , le 3 ou le 4 du magazine chez votre fournisseur habituel, achetez-le, vous ferez une bonne action, et contribuerez à la diversité éditoriale et culturelle de notre beau pays. Rien que cela.

Frédéric, pour la Noiraude