Le Poulpe court toujours ! – Collectif

14 11 2016

poulpe-2

Vingt ans que Gabriel Lecouvreur parcourt la France et le monde de sa démarche octopussienne. Vingt ans qu’il témoigne des travers de notre société trop bien huilée pour être belle ! Depuis « La petite écuyère a cafté » de Jean-Bernard Pouy à « Arrête tes six magrets » de Benoît Sévérac, ce sont plus de deux cents témoignages sur fond d’enquêtes que le héros le plus libertaire de la littérature noire et policière nous a donné à contempler au travers de son prisme.
Pour lui rendre hommage, mais aussi perpétuer la tradition, la Noiraude et La Fureur du Noir ont décidé l’année dernière de le soumettre à la plume des postulants au concours de nouvelles qu’ils organisent. C’est à l’aube du festival « Noir sur la Ville », qui ouvre ses portes vendredi 18 novembre, qu’arrive dans nos murs à grands pas le tout beau tout chaud recueil de ce seizième concours.

Outre les quatre lauréats, cinq auteurs pros se sont prêtés au jeu en faisant vivre encore un peu ce Poulpe que nombre de lecteurs affectionnent depuis toutes ces années ! On retrouve, comme une évidence, le père créateur du héros, Jean-Bernard Pouy qui nous offre un truculent « Je hais le Poulpe » dans lequel il règle savamment ses comptes avec son bébé de désamour.
Non contents de compter « Papa Poulpe » dans ce recueil (il déteste qu’on le surnomme de la sorte mais cela nous amuse…), Miles Hyman nous fait l’honneur de la couverture, et à l’ancienne s’il vous plaît, avec un superbe dessin dans la veine de la collection à ses débuts !
À savoir que ce recueil n’est tiré qu’à 1250 exemplaires et qu’il ne sera pas disponible dans toutes les bonnes librairies de France et de Navarre. Vous pourrez vous le procurer et rencontrer les auteurs le samedi 19 et dimanche 20 novembre à l’occasion du festival.

poulpe-1

Alors, faites comme le Poulpe, ne vous arrêtez pas de courir et venez à notre rencontre !

 

Le Poulpe court toujours – Baleine, 2016 – 158 p.
Dans les rayons de la Noiraude depuis le 14 novembre 2016





15 enquêtes policières – Collectif

30 09 2016

15-enquetes-policieres

Depuis près de quinze ans, La Noiraude n’a de cesse d’acquérir les recueils de nouvelles noires qui intégreront ses étals. En parallèle, elle fait aussi en sorte de retrouver des ouvrages qui ne sont plus disponibles auprès des éditeurs, certains depuis plusieurs décennies. Elle les appellent ses « Trésors » !
« 15 enquêtes policières » est le petit dernier de la bande. En effet, cette année marque le cinquantième anniversaire du recueil, édité pour la première fois en 1966. L’édition qui vient d’arriver est de 1976 mais elle ne diffère en rien de l’originale. Paru chez l’éditeur Gautier-Languereau, un des pionniers de la littérature jeunesse et en particulier la bande-dessinée, qui furent à l’origine des aventures de notre célèbre Bécassine.
Dans ce recueil, on trouve des nouvelles de Maurice Leblanc, Georges Nigremont, Claire Godet, Paul Cogan, Philippe Derez, Serge Petrof ou encore (même si ils ne ne sont pas francophones) Edgar Poe et Conan Doyle. On retrouve aussi, pour illustrer l’ensemble, des dessins de Georges Pichard. Plus connu pour ses bandes-dessinées érotiques dans les années soixante-dix, son incursion dans la littérature jeunesse peut prêter à sourire.

paulette-tome-1-2oil
Un ouvrage qui nous rappelle, si besoin est, que le genre policier n’a de cesse de traverser les décennies avec toujours autant de succès…

15 enquêtes policières – Gautier-Languereau, 1976 – 217 p.

Dans les rayons de la Noiraude depuis le 29 septembre 2016





La Noiraude, Le Poulpe et Benoît Séverac…

10 05 2016

335328

Même si elle raconte des histoires, La Noiraude n’a pas la réputation d’être manipulatrice et elle vous dit la vérité sur cette photo ! Ils n’étaient pas douze mais huit. Il n’y avait pas douze hommes mais cinq femmes et trois hommes. Ils n’étaient pas en colère mais très contents de se retrouver afin de désigner les gagnants du 17è concours de nouvelles noires et policières La Noiraude / Noir sur la ville.

Cette année, les candidats devaient plancher sur le thème « Le Poulpe ». Gabriel Lecouvreur fait donc son grand retour et les lauréats seront publiés aux éditions Baleine (à l’ancienne) avec cinq auteurs reconnus de la littérature noire : Pascale Dietrich, Pascale Fonteneau, Jean-Hugues Oppel, Jean-Bernard Pouy et Marc Villard.

Si vous souhaitez connaître le nom des heureux récipiendaires, venez retrouver l’équipe de La Noiraude qui accueille BENOÎT SÉVERAC, auteur du Poulpe « Arrête tes six magrets », au resto Caramel et Compagnie le mardi 7 juin à partir de 20h30.

Au menu de cette riche soirée, dégustation de bières, échange avec l’auteur, lectures de nouvelles, recettes de cuisine, mots fléchés… et bien sûr, séance de dédicace.
Comme elle n’est pas vache, La Noiraude a décidé, cette année encore, de laisser l’entrée libre (dans la limite des places disponibles bien sûr…)

affiche Bière littériare Benoît Séverac





J-2 : Hervé Sard en cuisine nouvelle !

9 06 2015

wchapeaucouv copie

Dans deux jours, jeudi 11 juin, le presque Breton de Loire-Atlantique, Hervé Sard, sera l’ingrédient principal de notre soirée consacrée à la cuisine du Poulpe.

S’il officie en tant que romancier de polar, il pratique aussi de manière régulière l’exercice de la nouvelle noire.
Présent dans plusieurs recueils du festival Mauves en Noir, il a écrit pour les éditions Camion Blanc, spécialisée
s dans les hommages aux groupes et chanteurs de rock, dans « Bérurier Noir », « The Cramps » et « Gun Club ». Il a aussi commis une nouvelle, « Chapeau », aux éditions Krakoen, collection « Petit Noir ». On le retrouve également aux côtés de plusieurs auteurs de polars dans le recueil « Les auteurs du noir face à la différence », « Fenêtre sur court », « Onze balles perdues », « Trente comme un, trente communes » et « Polychromes : Virus 2 ».La plupart ces recueils sont présents sur les étagère de votre bien aimée Noiraude !

Manuel pour la Noiraude

GC1CompCouvFenetres

 

CouvertureBéruCouv





« Ficelle Noire » ou l’art (postal) de la nouvelle…

7 02 2015

IMG_8641

La Noiraude, comme vous le savez déjà, fait en sorte d’intégrer dans son petit logis tout ce qui se fait de nouvelle noire et policière francophone. Si la majorité de ces nouvelles paraît de manière « classique » (un livre avec une couverture et des pages), il est des publications plus originales conservées précieusement et que nous appelons affectueusement nos « Trésors » !

IMG_8643

Rougier éditions fait partie de ces éditeurs amoureux des jolies choses et comme en témoigne sa collection « Ficelle noire », regroupant six nouvelles à mi-chemin entre le livre-objet et l’art postal : une enveloppe noire, ornée d’une flamme présentant le titre, l’auteur et le code-barre, affranchie à l’aide d’un timbre mouche du plus bel effet et contenant une courte nouvelle illustrée, reliée par de la ficelle noire et blanche.

La collection, datant de 20006, était  dirigée par une connaissance de la Noiraude puisqu’il s’agit de Léo Lamarche, une de nos toutes premières  lauréate du concours de nouvelles noires,  devenue auteure pro depuis (comme quelques autres d’ailleurs…).

IMG_8645On peut donc retrouver, dans l’ordre et pour ne pas faire de jaloux :
N°1 : Le long homme pâle d’Andrea H. Japp
N°2 : Dernier soir, sur un pont de François Barcelo
N°3 : Le marionnettiste de Jordy Grosborne
N°4 : Les Naufragés de Léo Lamarche
N°5 : Les pages déchirées de Claude Amoz
N°6 : Carton plein de Didier Daeninckx
Tous ces textes sont illustrés par Mickaël-Pierre

Il va sans dire que vous pouvez venir apprécier ces nouvelles dans les murs de la médiathèque de l’Ic, confortablement installés dans l’une de nos chauffeuses.

Collection « Ficelle Noire » – Rougier éditions, 2006
Dans les rayons de la Noiraude depuis le 17 février 2011

Manuel pour la Noiraude





L’Alphabet du Polar : 26 histoires inédites

6 02 2015

alphabet du polar

Déjà deux mois que nous n’avons pas donné de nouvelles de La Noiraude. Il faut dire qu’entre la fin de l’année 2014 et le début de 2015 le temps a passé très vite !

Pour démarrer cette saison, rien de tel qu’une petite nouveauté  : « L’Alphabet du Polar : 26 histoires inédites », aux éditions In8, a été écrit par des classiques du genre, Marc Villard et Jean-Bernard Pouy. Est-il encore besoin de vous les présenter ? Le premier est la référence, tant en qualité qu’en quantité de la nouvelle noire. Le deuxième est aussi une référence dans le milieu, pas si décoloré, du roman noir.

C’est un abécédaire un peu particulier que nous proposent les deux compères, sombrement illustré par José Correa. Avec ces styles inimitables qui les caractérisent, Marc Villard et Jean-Bernard Pouy nous entraînent dans une course macabre, mais pas que, tout au long de l’alphabet. Des « Amphétamines » à la « Zone », en passant par un « Daïquiri », la « Gériatrie », « Kafka », « Nibards », « Rafle », « Uchronie », « Warhol », les courtes nouvelles se succèdent rapidement avec humour, cynisme et une mise en exergue toujours aussi affûtée des travers de notre société moderne et des humains qui la composent.

L’Alphabet du Polar : 26 histoires inédites – Editions In8, 2014 – 150 pages

Dans les rayons de la Noiraude, depuis le 28 janvier 2015

Manuel, pour la Noiraude





Dernier voyage

12 04 2013

dernier voyage

C’est sous ce titre itinérant que la Police Locale de Liège nous présente sa présélection de dix-huit nouvelles policières choisies pour la septième édition de son concours. Dans la préface le chef de corps de la Police, Christian Beaupère, souligne : « De grands noms ont mis en scène le métier de policier, tantôt avec la sagesse déconcertante d’un Simenon, tantôt avec l’humour décapant d’une Nadine Monfils. »

Cette remarque illustre parfaitement la diversité de rédaction, d’intrigue que l’on peut trouver en feuilletant les différentes pages. Les nouvelles s’enchainent au gré de la lecture, on passe d’une aventure à une autre ; affaire à résoudre ou enchainement logique de circonstances, les différents protagonistes s’activent pour nous permettre de passer un paisible moment de lecture. Le thème du voyage y est présent dans chacun de ses sens, c’est logiquement que l’on termine notre lecture sur cette phrase : « Les voyages sont multiples, certains sont spatiaux, d’autres temporels » (« Gorgée de whisky au goût de silex », de Jacques Goldfrind)

 Dernier voyage s’inscrit comme une « Belle initiative », comme l’écrit Jean Pierre Hupkens, Echevin de la Culture de la ville de Liège. C’est donc en reprenant sa signature que « Je vous invite à les découvrir sans plus tarder. »

Dernier voyage – Editions Luce Wilquin – 159 pages – 14 euros

Dans les rayons de la noiraude depuis le 13 février 2013