Parole de lauréat(e)s – 7 – Serge Reynaud

8 03 2018

La Noiraude a été invitée à participer au dossier « La nouvelle française : même pas morte ! » du numéro 129 de la revue « 813 ». Un « tableau d’honneur » d’ex lauréat-e-s du concours co-organisé avec Noir sur la Ville, qui se sont vu édité-e-s par la suite, a été réalisé à cette occasion. C’était donc le moment de leur poser quelques questions et revenir sur leurs expériences respectives.

 

Après Gaëlle Pingault, voici les réponses de Serge Reynaud, lauréat en 2009 pour sa nouvelle « La Tête au carré » publiée dans le recueil « Tout le monde descend ! ».

 

1 – Au moment de votre publication dans le recueil La Noiraude / Noir sur la Ville, où en étiez vous, dans votre activité d’écriture ?
LA NOIRAUDE, c’était ma toute première participation à un concours de nouvelles.

2 – Aviez-vous une volonté ferme d’écrire du Noir ? Ou du policier ? Ou peu vous importait alors le genre des nouvelles attendues pour les concours en général ?
Ce qui m’intéressait, c’était la nouvelle et ses codes. Du noir ? Encore mieux, vu que je ne lis pratiquement que ça !

3 – Ce concours, comme beaucoup d’autres, est à thème : une contrainte pour vous ?
La contrainte, chez moi, c’est l’essence de la création. Quelle originalité…

4 – Ce concours a-t-il déclenché des envies plus grandes d’écriture chez vous, ou non ?
J’ai écrit cette nouvelle alors que je mettais la dernière main à un manuscrit d’histoires courtes. J’ai reçu les résultats du concours de nouvelles et l’acceptation d’un éditeur dans la même semaine !

5 – Avez-vous tout de suite essayé de vous lancer dans un roman … si ce n’était pas déjà le cas auparavant…
J’ai essayé depuis, sans grande réussite à ce jour. Le processus d’écriture, la création d’une histoire, le peaufinage des dialogues, la construction d’un rythme, tout cela me passionne.

6 – Continuez-vous à écrire des nouvelles ? Pourquoi ou pourquoi pas (ah ah!)
Je participe toujours à des concours de nouvelles, sans JAMAIS gagner. Je suis un spécialiste des deuxième et troisième places, ce qui ne me vexe plus. Du tout. D’ailleurs, je n’en parle jamais. Deuxième, troisième, premier, tout ça c’est pareil. Jamais j’en parle. Jamais jamais.

Serge Reynaud - Chroniques de la main courante

 

Depuis la publication de « Le 11ème Commandement », Serge Reynaud a publié « Chroniques de la main courante », édition Nouvelles François Bourin, 2010.
Prochaine parole de lauréat => Emmanuelle Urien

Justine Richecoeur pour La Noiraude

Publicités

Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :